Nicolas Dupont-Aignan nous présente son projet pour le développement de l'apprentissage

Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la présidence de la république, nous a adressé une tribune sur l'apprentissage, dans laquelle il précise l'importance qu'il accorde à ce mode de formation. Nous le remercions pour sa volonté de communiquer avec les internautes d'alternancemploi et nous vous présentons ci dessous sa tribune. Nous ne manquerons pas de publier également les tribunes des autres candidats, qui ont été eux aussi contactés, et dont nous attendons un retour. Retrouvez la tribune de Nicolas Dupont-Aignan ci-dessous

Quelle place allez vous accorder à l'apprentissage lorsque vous serez président ? 

Alors que le chômage des jeunes s’approche des 25 %, la France compte seulement 403 000 apprentis en 2015 contre 1,57 million en Allemagne alors que le gouvernement prétendait en faire une grande cause. Pire, les effectifs d’apprentis ont diminué de près de 10 % entre 2012 (438 000) et 2015. Quel échec quand on sait que les deux tiers des jeunes diplômés effectuant un apprentissage trouvent un emploi dans les sept mois qui suivent la fin de leur formation contre 50 % pour les autres !

Arrêter ce gâchis est une priorité absolue : nombre de dirigeants de TPE et PME, les entreprises qui font vivre la France, sont passés par cette filière et la plébiscitent. C’est la raison pour laquelle, je veux doper l’apprentissage qui offre aux jeunes une formation duale, pratique en entreprise et théorique en école et viser 1 million d’apprentis à la fin du quinquennat.

 

Pour l’atteindre, je propose une feuille de route en 5 étapes :

1)    Nous créerons un organisme régional ad hoc, incluant les régions et les partenaires sociaux, très au fait du monde du travail, qui assurera l’orientation des élèves.Nous intensifierons l’orientation des jeunes et la valorisation des métiers en manque de bras, qui sont encore trop nombreux et trop mal connus.

 

2)    Nous permettrons d’adapter la durée et les horaires de travail des apprentis mineurs à l'horaire de travail de l'entreprise sur avis conforme du médecin du travail lors de la visite d'embauche : certaines entreprises se voient contraintes de renoncer à l'embauche d'un apprenti mineur en raison de l'impossibilité légale de faire coïncider les horaires théoriques et réels de travail.

 

3)    Nous allègerons les contraintes pour le chef d’entreprise en désignant, à la signature du contrat, un interlocuteur unique chargé d'accompagner le chef d'entreprise pour toutes questions relevant de la gestion des absences, du transport, du logement et de l'hébergement ou des problèmes d'ordre plus généraux tels qu'un comportement inapproprié.L’entreprise embauchant un apprenti sera débarrassée de la gestion de la « paperasse ».

 

4)    Nous ciblerons les formations sur ceux qui en ont vraiment besoin (jeunes sortis du système scolaire et chômeurs de longue durée) pour ainsi consacrer un budget plus important par personne formée.

 

5)    Nous mettrons en valeur les entreprises qui font l’effort de former des apprentis et nous créerons un label affichable par les PME formant un ou plusieurs apprentis. Ce label facilitera l’accès aux marchés publics.

 

Grâce à ces 5 mesures concrètes nous relancerons efficacement et durablement l’apprentissage.

Je m’engage à les mettre en place dans les 6 mois suivant mon élection : nous avons déjà perdu beaucoup trop de temps.

 

De plus, je souhaite permettre favoriser l’insertion  professionnelle des étudiants avec quelques mesures simples. Ainsi je propose de :

·       Rétablir un service national de 3 mois obligatoire au cours duquel les jeunes auront droit à 1 passage du permis de conduire. Il sera aménageable en service militaire de 1 an pour ceux qui le souhaitent

·       Exonérer de cotisations les emplois étudiants

·       Certifier les engagements associatifs pour permettre de les valoriser sur le CV

·       Mettre en place un véritable parcours de la deuxième chance pour les jeunes sans qualification leur permettant d'alterner entre formations et expériences professionnelles

 

Enfin je veux mettre fin aux situations qui empêchent les étudiants méritants de suivre leur cursus : l’Etat doit faire le maximum pour permettre aux étudiants de travailler dans de bonnes conditions. C’est pourquoi je souhaite :

·       Construire des logements étudiants

·       Mettre fin à la dérive de l’augmentation des frais de scolarité annexes et réaffirmer le principe d’un accès gratuit à l’enseignement supérieur ainsi que la gratuité des concours.

·       Multiplier les bourses sur concours pour les jeunes de milieux modestes en les substituant aux bourses sur simples critères sociaux

·       Mettre fin aux mutuelles étudiantes coûteuses. Le régime général est aujourd’hui tout à fait adapté à la situation des étudiants

 

 

Vous pouvez retrouver le projet de Nicolas Dupont-Aignan directement sur son site internet www.nda-2017.fr

 

Date : 20/04/2017

  • Partager
Découvrez aussi :
Retour en haut